MOI - ICH

Bienvenue dans mon nouveau chez moi !

Il m'aura fallu le temps de me décider, le temps de retrouver l'envie (un peu aussi...) d'écrire, de raconter, le temps de prendre le temps...

Voilà donc ce blog que j'aurais du commencer il y a presque deux ans alors que je quittais la France pour m'installer en Allemagne.

* * *

Ce n'est donc pas...

... un blog politique, mon avis, ce que je pense, ce que je crois, mon opinion.

Mais c'est...

...ce que je vois, ce qu'on me demande, ce qui me pose problème, ce dont je me souviens.

Donc,

les aimables visiteurs peuvent attaquer les faits mais pas la personne, les idées mais pas l'homme, les fautes d'orthographes mais pas mon clavier....

* * * * *

 * * *

*

Eva par Irina Ionesco.

ionesco

Une oeuvre, c'est une réflexion continuée toute une vie. Une réflexion sur les mystères éternels auxquels l'homme est confronté.

S'ouvrir la tête.

livre

S'aérer, s'ouvrir la tête, s'offrir un voyage, rencontrer, s'émouvoir, réfléchir, lire... J'aime beaucoup cette image. Lire, oui, partir loin sur les ailes des mots. Je crois que la plus belle évolution de l'Homme, c'est ce langage dont nous disposons, ce sont ces mots.

La critique.

la critique

C'est tout de même curieux dans un pays qui se dit, démocratique ! Je ne suis toujours pas de ce bord-là, mais je ne cesse de relever sur FB des «avis» plus ou moins très critiques vis à vis de l'élection à la majorité d'un Président de la République.
Cela fait longtemps que beaucoup de nos politiques, de nos médias sont alliés aux lobbies, qui cherchent à déstabiliser notre Pays.... Comment pensez vous que le néolibéralisme soit arrivé à s'imposer partout dans les pays occidentaux ? Mais par le fric, la corruption et la propagande, tout simplement. La grande bourgeoisie a largement les moyens de s'offrir sinon un journal , quelques journalistes en service commandé, quelques «artistes» et pourquoi pas un président…
En outre, Hollande se voit attribuer un certificat d'homme de gauche par des électeurs de droite. C'est plutôt rassurant pour ses électeurs, non ? Parce que, entre nous, Hollande de gauche, ce n'est pas la première chose qui vient à l'esprit d'un électeur de la vraie gauche. Quant à critiquer la gauche parce qu'elle ne se plie pas aux exigences du libéralisme, c'est un peu comme reprocher au sucre de ne pas être assez salé, non ?
Au moins Sarkozy, on le critiquait sur ses actes, à présent la critique s’exerce avant même que l’homme soit critiquable… Un peu le concept des guerres préventives en d'autres lieux.
De plus, la politique économique de l'Europe est tellement formidable que c'est un pays qui représentait 2 % du PIB total de la fameuse Europe qui risque de l'emporter et de faire tout couler. Il est tout de même, tout à fait raisonnable de se poser quelques questions quand un système peut couler sur un risque de départ comme celui là, on dit alors "qu'on a mis la niche sur le chien". Mais pas de panique, on pouvait aussi continuer ainsi…
Hollande critiqué, c'est plutôt une bonne chose. Ne reconnaît-on pas la valeur d'un homme à la médiocrité de ceux qui le dénigrent ?
Enfin, entre nous, je préfère un véritable français, de la France profonde, dont les deux Grands-pères furent des héros de 14-18, d’une éducation catholique, calme et surtout un pur produit de l’ENA. à un fils d’immigré, avocat d’affaire de formation, qui conformément à sa doctrine fait partie du peuple élu au détriment de tous les autres… Et je ne parle pas ici du sang de mes camarades sur ses mains…

17 mai 2012

Une bien belle et pertinente démonstration sur les impôts.

impôts

Voici une bien belle et pertinente démonstration sur les impôts:

Le principe des impôts semble pouvoir s'expliquer par une logique assez simple. Mais beaucoup pourtant ne le saisissent toujours pas.
Comme c'est la saison des taxes, laissez-moi vous l'expliquer en des termes simples que tout le monde peut comprendre.

Imaginons que tous les jours, 10 amis se retrouvent pour boire une bière et que l'addition totale se monte à 100 euros.(Normalement, cela ferait 10 euros par personne).
Mais nos dix amis décidèrent de payer cette facture selon une répartition qui s'inspire du calcul de l'impôt sur le revenu, ce qui donna ceci :
Les 4 premiers (les plus pauvres !), ne paient rien.
Le cinquième paye 1 euro
Le sixième paye 3 euros
Le septième paye 7 euros
Le huitième paye 12 euros
Le neuvième paye 18 euros
Le dernier (le plus riche !) paye 59 euros.

Les dix hommes se retrouvèrent chaque jour en fin de journée pour boire leur bière et semblaient assez contents de leur arrangement.
Jusqu'au jour où le tenancier décida de leur faire une remise de fidélité ! «Comme vous êtes de bons clients, dit-il, j'ai décidé de vous faire une remise de 20 euros sur la facture totale. Vous ne payerez donc désormais vos 10 bières que 80 euros..»
Le groupe décida de continuer à payer la nouvelle somme de la même façon qu'ils auraient payé leurs taxes.

Les quatre premiers continuèrent à boire gratuitement.

Mais comment les six autres, (les clients payants), allaient-ils diviser les 20 euros de remise de façon équitable ? Ils réalisèrent que 20 euros divisé par 6 faisaient 3.33 euros. Mais s'ils soustrayaient cette somme de leur partage alors le 5ème et 6ème homme devraient être payés pour boire leur bière.

Le tenancier du bar suggéra qu'il serait plus équitable de réduire l'addition de chacun d'un pourcentage du même ordre, il fit donc les calculs.
Ce qui donna ceci :

Le 5ème homme, comme les quatre premiers ne paya plus rien (un pauvre de plus!)
Le 6ème paya 2 euros au lieu de 3 (33% réduction)
Le 7ème paya 5 euros au lieu de 7 (28% de réduction)
Le 8ème paya 9 euros au lieu de 12 (25% de réduction)
Le 9ème paya 14 euros au lieu de 18 (22% de réduction)
Le 10ème paya 50 euros au lieu de 59 euros (16% de réduction)

Chacun des six « payants » paya moins qu'avant et les 4 premiers continuèrent à boire gratuitement, rejoints par le 5ème.
Mais une fois hors du bar, chacun compara son économie :
«J'ai seulement eu 1 euro sur les 20 euros de remise, dit le 6ème il désigna le 10ème «lui, il a eu 9 euros».
«Ouais ! dit le 5ème, j'ai seulement eu 1 euro d'économie moi aussi...»
«C'est vrai !» s'exclama le 7ème, «pourquoi le 10ème aurait-il 9 euros d'économie alors que je n'en ai eu que 2 ? Il est anormal que ce soit le plus riche qui bénéficie de la plus importante réduction !»
«Attendez une minute» cria le 1er homme, «nous quatre n'avons rien eu du tout nous. Le système exploite les pauvres !».

Les 9 hommes cernèrent le 10ème et l'insultèrent.
Le lendemain le 10ème homme choisit de ne plus venir.

Les neuf autres s'assirent et burent leur bière sans lui. Mais quant vint le moment de payer leur note, ils découvrirent quelque chose d'important : ils n'avaient pas assez d'argent pour payer ne serait-ce que la moitié de l'addition !

Et cela, mes chers amis, est le strict reflet de notre système d'imposition.
Les gens qui payent le plus de taxes tirent le plus de bénéfice d'une réduction des impôts.
Mais attention !
Taxez les plus forts, accusez-les d'être riches et ils risquent de ne plus se montrer désormais.
En fait ils vont boire à l'étranger... !

Pour ceux qui ont compris, aucune explication n'est nécessaire.
Pour ceux qui n'ont pas compris, aucune explication n'est possible.

13 mai 2012

Un bilan sur l'Armée Française !....Ou incohérence de notre défense.

soldats

Source : Spectacle du Monde (article d’Éric Branca) via Soldat de France.

Où va l'Armée Française ?
Lors du dernier G2S, le CEMAT a fait une autre remarque sur les effectifs : l’armée de terre ne représente plus que 2 fois les effectifs employés par la ville de Paris ... image à forte teneur pédagogique !
Refonte de la carte militaire, réorganisation des états-majors, budgets de plus en plus « serrés », réduction constante des effectifs, vieillissement du matériel… Près de quinze ans après l’entrée en vigueur de la professionnalisation des armées, près de deux ans après la réintégration de la France dans l’OTAN, la «grande muette» est inquiète.
Elle s’interroge non seulement sur ses moyens, mais aussi sur la finalité, devenue floue, de ses missions. À quelle logique politique et stratégique obéit-elle ? Et au-delà, quelle peut être, aujourd’hui, la place de la fonction militaire dans une société régie par les seules « valeurs » marchandes, piétinant chaque jour les vraies valeurs, celles du service, du devoir et du sacrifice, que le soldat incarne dans toute leur quintessence ?
Lancinante comme la douleur d’une vieille blessure, l’image, imposée en 2008 par le général Jean-Claude
Thomann, revient spontanément au détour des conversations entre militaires, sans parler des forums de discussions qui fleurissent sur Internet : au rythme où vont les réductions d’effectifs, l’armée de terre tiendra bientôt tout entière dans le Stade de France. Enfin presque, rectifient les plus optimistes puisque ses 81338 places seraient insuffisantes pour accueillir les 88000 combattants qui, au terme du dernier Livre Blanc de la défense (2008) constitueront le fer de lance de nos effectifs en 2014. Mais les pessimistes remarquent aussitôt qu’en annexant la pelouse de ce même stade, on pourrait y ajouter sans mal les 6000 militaires non opérationnels et les 9000 civils de l’armée de terre, soit, en tout, 103000 hommes.
L’armée de la troisième puissance militaire mondiale réduite au public d’un stade, fût-il le plus grand de France : le raccourci parle à tout le monde… Et pour ceux qui n’ont pas la mémoire courte, elle évoque bien pis : les 100000 soldats accordés à la Reichswehr de 1918 par le traité de Versailles et les 100000 autres concédés à Vichy, en 1940, aux termes de l’armistice négociée avec le IIIe Reich. La vaine poussière d’armées vaincues tout juste autorisées à maintenir l’ordre. Bref, à tirer sur la foule, en cas de besoin… Mais en aucun cas à s’opposer à l’invasion du territoire.
Général d'Armée Elrick Irastorza
S’exprimant le 22 octobre 2010 à l’occasion des Journées des présidents des officiers de Coëtquidan, le chef d’état-major de l’armée de terre, le général Elrick Irastorza lui-même n’a pas lésiné sur la pédagogie pour faire comprendre le caractère « particulièrement compliqué » et « anxiogène » des réformes mises en place à partir de 2011 pour réduire le format de nos armées. « En 1914, nous disposions de deux mille bataillons d’infanterie, de quoi mettre un fantassin tous les cinquante centimètres entre Nice et Dunkerque. Aujourd’hui avec nos vingt bataillons, nous avons de quoi en faire autant entre la porte Maillot et celle de la Villette ; 1724 canons français s’opposaient à Verdun à 2200 canons allemands.
Il nous en reste aujourd’hui 128, réduction acceptée, je le rappelle, parce qu’elle devait être compensée par la mise en service du LRU [lance-roquettes unitaire, dont l’entrée en service est repoussée à 2014 et qui figure sur la liste des matériels en suspens, si de nouvelles coupes budgétaires devaient être opérées] dès 2012. »
Certes, depuis 1960, le maintien de l’intégrité du sol national repose sur la dissuasion atomique. Autrement dit, sur des « armes d’épouvante » susceptibles de faire subir à un ennemi plus fort que nous de tels dommages qu’il en perdrait tout intérêt à nous détruire. Née de la guerre froide, et toujours d’actualité face à d’autres puissances nucléaires, cette « assurance contre l’imprévisible » comme la nommait le général Gallois, vaut-elle encore s’agissant d’un agresseur asymétrique utilisant des armes conventionnelles et qui, de surcroît, déclencherait un conflit depuis l’intérieur même du territoire ?
Évidemment non. Conçue pour réduire à néant un bassin industriel ou une métropole majeure à des milliers de kilomètres de nos frontières, l’arme nucléaire, même tactique, ne serait d’aucune utilité pour s’opposer à la constitution d’une enclave indépendante sur le territoire de la République, type Kosovo, ou au débarquement, pacifique ou non, sur les côtes de la Méditerranée, de centaines de milliers d’hommes chassés par la misère ou par l’instabilité politique – l’hypothèse du Camp des saints, chère à Jean Raspail, dont ce roman magistral de 1973 est réédité ces jours-ci.
Quant à la menace majeure qu’est devenu le terrorisme, irréductible, par définition, aux catégories guerrières traditionnelles, ce n’est pas à coups de missiles qu’on la dissipera. Ce qui dissuade d’agir un État, dont les intérêts vitaux sont bien identifiés, ne dissuade pas une nébuleuse infra-étatique, sans territoire ni structure politique afférente, et dont le seul intérêt « vital » réside dans l’accomplissement de ses buts de destruction ou de déstabilisation, forcément contingents. On le voit bien au Niger où les intérêts français, directement menacés, ne peuvent être efficacement protégés que par le déploiement de forces classiques, et rien d’autre…
Chasseurs Alpins
Inquiets de voir nos trois armes réduites à un format décidément incompatible avec les missions d’une grande puissance (moins de cent mille militaires en armes en 2014, une force aérienne de combat ramenée à trois cents appareils et une marine à moins de trente grandes unités navales dont un seul porte-avions), les militaires ne sont pas pour autant rassurés sur le maintien d’une dissuasion efficace. C’est-à-dire, fondamentalement indépendante.
Ou encore, pour reprendre l’expression consacrée par le général De Gaulle, capable de garantir à la nation que, si la France doit faire la guerre, ce sera vraiment « sa guerre ».
Le postulat du Livre Blanc de 2008 est en effet sans équivoque : « sauf exception, lit-on page 201, toutes nos opérations militaires se dérouleront dans un cadre multinational. Celui-ci peut être préétabli, dans le cas de l’Alliance Atlantique ou de l’Union Européenne, ou ad hoc, dans le cas de coalitions de circonstance. » Peut-on prendre plus intégralement le contre-pied du premier Livre Blanc, celui de 1972, rédigé sous l’autorité de Georges Pompidou et de Michel Debré, alors ministre de la Défense : « Pour un peuple libre, la sécurité se confond avec la sauvegarde de cette liberté fondamentale qui est la première de toutes les autres et qui s’appelle l’indépendance de la nation. »
Il est vrai qu’entre-temps, la France – que le général de Gaulle avait fait sortir, en 1966, du commandement intégré de l’OTAN – est revenue au sein de cette organisation et qu’au fil des traités européens qu’elle a signés depuis 1992, ses gouvernements successifs ont considéré, à rebours de vingt siècles de pensée politique, que la souveraineté n’était plus un absolu et pouvait sans inconvénient, être transférée. Ce qui, d’Aristote à Carl Schmitt, et des légistes de la monarchie à ceux de la Révolution française, s’appelle une aliénation…
Plus de moyens, de moins en moins d’autonomie… Comment s’étonner que le moral des militaires soit au plus bas? Leur inquiétude est d’autant plus forte qu’elle se double d’une cruelle déception : la dernière grande réforme de notre Défense Nationale – la transformation, en 1996-1997, sous l’égide de Jacques Chirac, de l’armée de conscription en armée professionnelle – devait avoir pour corollaire un accroissement considérable de nos moyens.
L’échange, en quelque sorte, de la quantité pour la qualité…
Treize ans plus tard, on sait ce qu’il est advenu de cette promesse : beaucoup moins d’hommes – c’était prévu – mais aussi, et surtout, moins de matériels et des capacités d’intervention drastiquement réduites – ce qui ne l’était pas !
Le « format » rêvé pour l’horizon 2015 – 434000 hommes, toutes armes confondues, dont trente mille projetables à huit mille kilomètres pendant un an, appuyés par soixante-dix avions et deux porte-avions (pour qu’un soit disponible en permanence) – est devenu une peau de chagrin : déjà réduite, en 2010, à 305732 éléments, dont 240996 militaires (source : Observatoire social de la défense), l’armée ne devrait pas en aligner plus de 225000 en 2014. Ce qui introduit un doute légitime sur le maintien d’une force « projetable » autonome et renforce l’inquiétude des militaires sur la perte de notre indépendance matérielle et, partant, décisionnelle.
Le 10 juillet dernier, dans Valeurs Actuelles, Frédéric Pons résumait ainsi la situation : « Les armées pourraient se rabattre sur le format des unités d’intervention interarmées de 5000 hommes, projetables en permanence dans un cadre national ou multinational… La réintégration dans l’OTAN plaide en ce sens, même si, à terme, ce processus risque de faire de l’armée française un simple supplétif des Américains. »
Maître mot de Nicolas Sarkozy, « l’inter-opérabilité » de nos forces a un avantage : permettre à la France de maintenir l’aguerrissement de ses troupes, en étant présente sur des théâtres majeurs. Mais, ajoutait Frédéric Pons, « les inconvénients sont nombreux : la réduction du format devrait dégrader, ipso facto, les missions et les ambitions géopolitiques de notre pays, et le recours aux capacités alliées – le culte de la mutualisation, prétexte à beaucoup de renoncements – entraînera la perte de capacités pointues, au détriment direct de la France [et de l’Europe]. Ce “décrochage” technologique devrait bénéficier aux seuls États-Unis. Cette évolution est préoccupante : dans le monde, l’Europe désarme, tandis que l’Amérique et l’Asie ne cessent d’augmenter leurs budgets militaires. »
Dans chaque arme, de fait, c’est une hécatombe de moyens. L’armée de terre, qui devait disposer de 770 chars, dont 420 lourds (le Leclerc), selon le schéma 2015 arrêté sous Jacques Chirac, ne devrait pas en aligner plus de 500 en tout en 2014. L’aviation perdra 24 % de ses effectifs, la marine 11 %. La déflation des crédits est plus préoccupante encore : les baisses induites par les préconisations du Livre Blanc, rédigé juste avant la crise financière, ont été aggravées par elle.
Aux termes du Livre Blanc, mais aussi de la Loi de Programmation 2009-2014, l’objectif initial était de consacrer en tout 377 milliards d’euros à la défense. Il pourrait n’en rester, au bout du compte, que 340…
Pour s’instruire du détail, il n’est que de prendre connaissance des auditions de nos généraux par la commission de la défense de l’Assemblée Nationale dans le cadre de la préparation du budget 2011 . Et malheur à ceux qui prennent moins de gants !
Le 5 janvier dernier, le Canard Enchaîné révélait que l’un de nos meilleurs officiers, le général Desportes, ancien patron de l’École de Guerre, réputé pour la qualité de sa réflexion stratégique, manquait non seulement sa quatrième étoile, mais avait été placé sur écoutes téléphoniques par la DCRI (le contre-espionnage français, issu de la fusion, en 2008, de la DST et des Renseignements généraux).
Sa faute : avoir critiqué, dans un entretien au Monde, daté du 2 juillet 2010, la stratégie choisie par les États- Unis en Afghanistan (« Elle ne semble pas fonctionner, factuellement, la situation n’a jamais été pire ») et de l’assujettissement des Français à celle-ci (« C’est une guerre américaine… Il n’y a pas de voix stratégique des alliés»).
Surtout, le général Desportes est soupçonné d’avoir été l’un des auteurs, sinon l’inspirateur – ce qu’il dément formellement –, de la tribune parue le 18 juin 2008 dans le Figaro, sous le pseudonyme de Surcouf, et dénonçant une foncière inadéquation entre les orientations du Livre Blanc et les intérêts de la France.
Ce texte, approuvé en privé par beaucoup de militaires d’active, soulignait en effet quatre incohérences majeures :
1. Une incohérence logique : « Alors que les crises se multiplient, l’Europe en général et la France en particulier diminuent leur effort de défense au moment même où chacun les augmente (les dépenses militaires mondiales ont progressé de 45 % en dix ans). »
2. Une incohérence doctrinale : « Le paradigme de la “guerre industrielle” (entre arsenaux étatiques) ayant été remplacé par celui de la “guerre bâtarde” – le plus souvent “au sein des populations” –, ce dernier exige à la fois des forces terrestres plus nombreuses, une capacité de projection aérienne et navale plus affirmée, une réorientation des programmes en conséquence […] Nous en sommes, nous, à la diminution des effectifs de l’armée de terre et au “report” de la décision de construire le deuxième porte-avions, qui signe une rupture capacitaire majeure. »
3. Une incohérence politique : «Nous revenons dans l’OTAN, avec une capacité militaire affaiblie, et tout en y revendiquant des postes de commandement […]. Nous baissons la garde au moment où nous souhaitons entraîner nos partenaires vers un renforcement de la défense européenne… »
4. Une incohérence tactique, enfin, « par rapport à la seule certitude que nous ayons : celle de nous engager vingt fois en Afrique dans les années qui viennent, pour y éviter des catastrophes humanitaires ou assurer l’évacuation de nos ressortissants. Si nous pouvons le faire aujourd’hui, c’est parce que notre réseau de bases nous confère une efficacité d’autant plus unique que l’ensemble des pays africains refuse le déploiement de l’US African Command (commandement américain en Afrique) sur le sol africain. Pour gagner […] trois mille postes budgétaires, nous affaiblissons de manière définitive notre positionnement, avec ce paradoxe que nos abandons vont conduire mécaniquement à un accroissement du nombre de crises que nous ne pourrons plus prévenir et dans lesquelles nous ne pourrons intervenir qu’à un coût incomparablement plus élevé. »
Talibans
Trois ans après, cette dernière remarque apparaît prémonitoire : fermée en 2010, la base de Djibouti, où stationnait la Légion ne serait-elle pas des plus utiles aujourd’hui pour combattre la mainmise d’AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique) qui a déclaré la guerre que l’on sait aux intérêts français en tuant ou enlevant nos ressortissants ?
Las ! Le Livre Blanc est passé par là, anticipant d’un an le ralliement de la France à « l’arc stratégique » exclusif de l’OTAN, de l’Atlantique à l’océan Indien. Le «Great Middle East », cher aux Anglo-Saxons, qui contourne superbement l’Afrique intérieure et, partant, les intérêts français… mais privilégie le golfe Persique. Abou Dhabi, par exemple, où l’armée française s’installe, à deux cent cinquante kilomètres des côtes iraniennes.
À l’inquiétude sur le dépérissement de nos moyens, s’ajoute donc, chez les militaires, une angoisse sur les buts de guerre de la France. Voués par nature au sacrifice, les soldats n’ont-ils pas le droit, après tout, de s’interroger sur le sens de leur engagement dès lors que leur mission de défense de la patrie ne leur apparaît pas dans toute sa clarté ?
Quel qu’il soit, le « format » d’une armée s’articule à une finalité. Et quand cette finalité devient floue, comment s’étonner que le doute s’installe chez ceux à qui l’on demande tant avec toujours moins de moyens ?
C’est aussi qu’en s’estompant dans les méandres du droit international, la distinction ami/ennemi chère à Carl Schmitt n’affaiblit pas seulement l’esprit de défense : elle soumet le militaire à un ordre international abstrait qui, non seulement peut l’envoyer risquer sa vie pour des causes qu’il n’entrevoit pas comme vitales pour son pays, mais peut aussi, à l’inverse, le transformer en accusé devant un tribunal. Les anciens de l’opération « Turquoise », au Rwanda (1994), en savent quelque chose, comme l’a relaté le Spectacle du Monde du mois de novembre…
Dans son essai de 1931, le Fil de l’épée, le colonel De Gaulle remarquait que si la « mélancolie du soldat » était de toutes les époques, surtout en temps de paix, où triomphent d’autres valeurs que l’abnégation et l’héroïsme, l’ordre militaire n’avait été réellement attaqué à la racine qu’au début du XXème siècle. Quand la SDN, au prétexte de mettre la guerre hors la loi, l’avait simplement « déterritorialisée » en faisant des militaires, non plus les défenseurs de leur patrie, mais les agents d’un ordre juridique abstrait rompant tout lien organique entre le soldat et sa terre natale.
Quatre-vingts ans et une guerre mondiale plus tard, les choses n’ont fait qu’empirer au détriment du soldat. A-t-il jamais existé, dans l’histoire, autant de disproportions entre ce qui est demandé aux militaires, qu’on voit, pêlemêle, risquer leur vie pour séparer des belligérants, nettoyer les plages souillées par le pétrole, charrier les monceaux d’ordures provoqués par la grève des éboueurs marseillais, et ce qu’on attend des civils ? Entre ceux qui « servent » la collectivité sans rien attendre en retour et ceux qui « se servent », le fossé, de fait, n’a jamais été aussi béant.
Son Papa a été tué en Afghanistan : POURQUOI ?
Nul n’est jamais entré dans l’Armée pour s’enrichir, mais jamais, non plus, la notion de service n’aura été tant piétinée que par le triomphe des « valeurs » marchandes au terme desquelles tout a un prix. Tout, sauf le désintéressement dont la cote est décidément au plus bas. Sous Napoléon, déjà, l’officier désargenté considérait sans aménité le fourrier aux armées devenu un prince du faubourg Saint-Germain. Mais le cœur du pauvre «Marie-Louise » – ces soldats de la fin de l’Empire enrôlés par un décret de conscription signé de la main de l’impératrice –, même devenu demi-solde et parfois clochard avec la Restauration, s’était réchauffé pour l’éternité au « soleil d’Austerlitz ». Et cela suffisait à l’équilibre d’une société où la gloire comme la réussite matérielle pouvaient cohabiter, chacune à sa place.
Peut-on en dire autant du sous-officier de 2011, payé 2500 euros par mois pour risquer sa vie en Afghanistan et découvrant qu’en quelques clics, un trader peut gagner pour lui-même plusieurs dizaines de millions et, en prime, déstabiliser des États, cependant que la Marseillaise, qu’on ne chante plus guère que dans les stades, honore en priorité les vedettes éructantes du ballon rond, couvertes d’or et de scandale ?
La différence avec 1815, et même 1914, c’est que la gloire a déserté l’esprit de sacrifice pour s’investir tout entière dans le monde des affaires, dont fait aussi partie le sport. C’est là sans doute qu’en dernière analyse, il faut chercher la cause du grand malaise de la fonction militaire. Et de quelques larmes secrètes, quand il est demandé à des chefs d’économiser encore, d’économiser toujours, pour que vive la France.

11 mai 2012

Nos amis.

animaux

Attendrissant n'est-ce pas ? Pourtant, la situation n'est pas brillante...

Nos amis.

animaux

Les animaux sont nos amis les plus fidèles. Surtout dans les moments critiques.

Pensée...

Rien à dire ou trop à dire se rejoignent parfois en une sorte d'apathie, de paralysie totale. J'hésite entre déballer mon sac ou le garder pour un jour meilleur où j'aurai les idées plus claires. Pour l'instant, contentons-nous de cet aphorisme des années 70 "C'est pas parce qu'on n'a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule". Et allons nous coucher, nous ferons bien.

Citation de Victor Hugo.

nature

"C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas". 

Discours de Bill Gates.

es

Discours de Bill Gates aux ados du monde ! Il devrait être affiché dans chaque école... voire dans certains bureaux

Bill Gates a récemment prononcé un discours dans une école secondaire à propos de 10 choses que l'école n'apprend pas mais qu'il faut néanmoins apprendre le plus rapidement possible ! Vous pouvez ne pas l'aimer. Mais sachez que, lui, a certainement appliqué les règles qu'il préconise !... Il parle de bons sentiments et d'enseignements politiquement corrects qui ont créé des générations de jeunes totalement dépourvus du moindre sens des réalités de la vie. Tout en expliquant comment ce "concept" les prédispose à l'échec dans le monde réel, il donne ici dix règles à suivre. 
A faire lire à certains ados "révoltés". Et à d'autres... 

Règle 1 : 
La vie est injuste : il faut vous y habituer! 

Règle 2 : 
Le monde se moque de votre amour-propre. 
Le monde s'attendra à ce que vous accomplissiez quelque chose AVANT que vous ne vous félicitiez vous-même. 

Règle 3 : 
Vous ne gagnerez pas 60 000 $ par an en sortant de l'école. 
Vous ne serez pas vice-président en commençant, avec un portable et une voiture de fonction fournis, avant d'avoir mérité de gagner ces privilèges. 

Règle 4 : 
Si vous croyez que votre professeur est dur avec vous, attendez d'avoir un patron. 

Règle 5 : 
Travailler dans une friterie n'est pas s'abaisser. Vos grands-parents avaient un mot différent pour ça : ils l'appelaient une opportunité. 

Règle 6 : 
Si vous gaffez, CE N'EST PAS LA FAUTE DE VOS PARENTS, arrêtez de chialer et apprenez de vos erreurs. 

Règle 7 : 
Avant que vous naissiez, vos parents n'étaient pas aussi ennuyeux qu'ils le sont maintenant ! 
Ils sont devenus comme ça en payant vos factures, en nettoyant vos vêtements et en vous entendant répéter sans arrêt combien vous êtes bons et cools et combien eux ne le sont pas... 
Ainsi, avant de sauver les forêts tropicales des parasites de la génération de vos parents, commencez donc par faire le ménage dans votre propre chambre et dans votre propre vie. 

Règle 8 : 
Votre école s'est peut-être débarrassée du système « gagnant-perdant », MAIS PAS LA VIE ! 
Dans certaines écoles, on a aboli les notes de passage et on vous donne autant de chances que vous voulez pour obtenir la bonne réponse, ça n'existe pas dans la vraie vie ! A la première connerie, vous êtes viré !

Règle 9 : 
La vie n'est pas divisée en semestres. 
L'été n'est pas une période de congé. 
Et très peu d'employeurs sont disposés à vous aider, à VOUS D'ASSUMER, c'est votre responsabilité.

Règle 10 : 
La télévision n'est pas la « vraie vie ». 
Dans la vraie vie, les gens quittent le café et vont travailler. Dans la vraie vie, les gens ne font pas la fête non stop, s’ils le faisaient, ils seraient fauchés, virés et crèveraient en quelques mois. Dans la vraie vie, les gens bossent, sont payés et paient pour ce qu’ils ont. Rien n’est gratis. La vraie vie, c’est 80% de merde et 20% de plaisir... dans le meilleur des cas ! 

Si vous êtes d'accord, faites circuler, sinon, mettez-vous la tête dans le sable et prenez une grande respiration.

09 mai 2012

Dien Bien Phu

dien bien phu

En ce 7 mai, mes pensées vont à tous ceux pour qui, il y a 58 ans, la "France" avait un sens.

La démocratie en France.

La démocratie en France, se résumerait-elle à la moitié des cons plus un ? Pour ma part, je suis de ces démocrates qui croient encore que le but de la démocratie est de faire accéder chaque homme à la "noblesse". Et ne jamais oublier que si les démocrates font les démocraties, c'est tout de même le citoyen en dernier lieu qui fait la République.

La bêtise.

La bêtise est nettement supérieure à l’intelligence car toute l’intelligence du monde ne permettra jamais de comprendre la bêtise universelle, tandis qu’un peu de bêtise suffit amplement à ne pas comprendre quoi que ce soit d’intelligent.

Les amis.

amis

" Les vrais amis sont comme les arbres
Ils ont hâte de te voir
Mais restent imperturbables
Si tu ne passes pas dire bonsoir

Même après une longue absence
Tu peux renouer avec eux
Il n’y a pas d’intermittence
Te revoir les rend heureux

Les vrais amis sont comme les arbres
Plantés très loin ou bien tout près
Sans jalousie et sans alarme
Ils croissent, c’est leur métier

Les vrais amis sont comme les arbres
Ils tendent leurs bras, ne plient pas
Ils grimpent vers la lumière
C’est ce qui les met en joie

Les vrais amis sont comme les arbres
L’univers est dans leur peau
Qu’il fasse pluie, glace ou bourrasque
Ils parfument et tiennent chaud

Les vrais amis quand ils trépassent
N’en finissent pas de fleurir
Dans nos mémoires opiniâtres
Même coupés les arbres prient "

Julos Beaucarne

05 mai 2012

La Réserve fédérale américaine.

or

J'ai appris récemment que la Réserve fédérale américaine a secrètement prêté aux banques en difficulté la somme gigantesque de 1.200 milliards au taux incroyablement bas de 0,01 %. Au même moment, dans de nombreux pays, les peuples subissent de plein fouet des plans d’austérité car les marchés financiers ne prêtent de l’argent à certains États qu’à des taux de 6, 7 ou 11 %. Asphyxiés par de tels taux d’intérêt, les gouvernements sont poussés à bloquer les retraites, les allocations familiales ou les salaires des fonctionnaires et à couper dans les investissements, ce qui accroît le chômage et va nous faire plonger bientôt dans une récession d’une extrême gravité.
Est-il normal que, en cas de crise, les banques privées, qui se financent d’habitude à 1 % auprès des Banques centrales, puissent bénéficier de taux à 0,01 % mais que, en cas de crise, les Etats soient obligés, au contraire, de payer des taux 600 ou 800 fois plus élevés ? Non, bien sûr !

05 mai 2012

Se lancer...

la lune

Dans la série des destins fantastiques : voici Lupe Velez.

lupe velez

Cette jolie brunette mexicaine a commencé à tourner avec Laurel et Hardy. Elle jouera dans 44 films. Elle eut une brève liaison avec Gary Cooper. Elle épouse Johnny Weissmuller en 1933. Les frasques du couples scandalisent Hollywood. Elle sombre dans l'alcool et la drogue. Elle divorce en 1939. En 43-44, elle est enceinte de l'acteur Harald Maresh. Mais il refuse de l'épouser. Lupe en sort très fragilisée. Le 13 décembre 1944, après la première de “Nana”, elle rentre à Beverly Hills. Arrivée chez elle, elle s'habille comme si elle allait sortir à nouveau. Mais elle se réfugie dans sa chambre garnie de fleurs fraîches. Elle absorbe une dose mortelle de somnifères et s'étend sur son lit. Elle avait 36 ans.

04 mai 2012

120 euro/pers. tout compris.

fouquets

D'après le menu, on ne peut pas leur reprocher la poésie des mots à rallonge.
Je ne sais pas pourquoi, j'attends impatiemment dimanche soir...S'il y a possibilité de réserver ou alors la guinguette à La Frette sur Seine. Ça me rappellera les impressionnistes. Oui, ça c'est une bonne idée...

Apéritif 
Coupe de Champagne
***
Entrées
Carpaccio de Saint-Jacques, 
Marinière de légumes parfumée à la citronnelle
ou
Pressé de légumes
ou
Marbré de foie gras de canard 
Jean -Loup Dabadie
ou
Douze escargots de Bourgogne 
à la persillade
***
Plats
Noix de Saint-Jacques françaises, 
Risotto aux courgettes, écume de parmesan
ou
Merlan Colbert, pomme au four 
à la persillade, sauce tartare
ou
Daurade royale marinée aux herbes Crest,
Bohémienne de légumes, cannelloni de caponata
ou
Médaillon de veau grillé, 
Céleri pomme navet Daikon, 
Champignons sautés au jus
ou
Demi- volaille rôtie
aux herbes de Provence,
jus perlé
***
Desserts 
Chariot de pâtisseries maison
***
Vins
(½ bouteille par personne)
En accord parfait
Selon conseil
***
Eaux minérales
(½ bouteille par personne)
***
Café Gold Selection
Mignardises.

04 mai 2012

L'examen de minuit.

Baudelaire

Face à la démesure des discours de notre Président pour s'aliéner les voix de l’extrême, je repense à Baudelaire :

L'examen de minuit

La pendule , sonnant minuit
Ironiquement nous engage
A nous rappeler quel usage 
Nous fîmes du jour qui s'enfuit:
Aujourd'hui, date fatidique, 
Vendredi, treize, nous avons, 
Malgré tout ce que nous savons,
Mené le train d’un hérétique.

Nous avons blasphémé Jésus,
Des Dieux le plus incontestable !
De quelque monstrueux Crésus,
Comme un parasite à la table
Nous avons, pour plaire à la brute,
Digne vassale des Démons, 
Insulté ce que nous aimons 
Et flatté ce qui nous rebute 

Contristé, servile bourreau,
Le faible qu’à tort on méprise ;
Salué l’énorme bêtise,
La Bêtise au front de taureau ;
Baisé la stupide Matière
Avec grande dévotion,
Et de la putréfaction
Béni la blafarde lumière.

Enfin, nous avons, pour noyer
Le vertige dans le délire,
Nous, prêtre orgueilleux de la Lyre,
Dont la gloire est de déployer
L'ivresse des choses funèbres,
Bu sans soif et mangé sans faim !...
Vite soufflons la lampe, afin
De nous cacher dans les ténèbres !